« Filles à fromages », le phénomène prend de l’ampleur

La journaliste Elizabeth Tchoungui (France Culture) à l'heure du goûter au Mont d'Or. Photo : Thomas Laisné

La journaliste Elizabeth Tchoungui (France Culture) à l’heure du goûter au Mont d’Or. Photo : Thomas Laisné

Immense succès de la soirée de lancement du Cercle Officiel des Filles à Fromages Et plus si affinités, avec plus de 350 personnes à Paris. Et déjà des relais en régions et aux Etats-Unis… 

Incroyables « filles à fromages » ! Après seulement dix jours d’existence, le Cercle Officiel des Filles à Fromages Et plus si affinités, aussi communément appelé « les filles à fromages », un nouveau collectif de femmes gourmandes réunies à l’initiative de Grand Seigneur, le magazine du plaisir à table, affine désormais son projet culinaire autour de « la féminité et l’élégance des fromages français », avec près de… 600 nouvelles demandes d’adhésion un peu partout en France. Lundi dernier, elles étaient plus de 350 à partager jusqu’au bout de la nuit leur passion du chabichou, du gaperon, du roquefort, du saint-nectaire et du brin d’amour au restaurant Les Portes (15 rue de Charonne, Paris 11è) avec les fromagers Xavier Thuret (Meilleur Ouvrier de France 2007), Virginie Boularouah et la nouvelle révélation des œufs mimolette à la pistache et des douceurs de chèvre aux pruneaux : la lauréate Claire Griffon (Prix des « filles à fromages » 2013).

Des « filles à fromages » aux Etats-Unis

Thème de la soirée : peut-on manger des fromages français et rester belles et sexy ? « A ton avis !!? » ont répondu la bouche pleine les nouvelles sympathisantes du Cercle Officiel des Filles à Fromages Et plus si affinités, dont la fondante Ophélie Meunier du Petit Journal (Canal Plus), Amandine Chaignot, la chef de l’Hôtel Raphael et Masterchef (TF1), les comédiennes Juliette Arnaud (Arrête de pleurer Pénélope !), Donia Eden (Journal du Hard, Canal Plus), Julie Boulanger et Delphine Mac Carthy. Un cercle qui semble clairement sur le point de devenir le plus grand mouvement  féminin jamais créé sur « l’amour et la tendresse des pâtes molles, pressées et persillées ». A Marseille, à Lyon, à Bordeaux, à Lille, de nouvelles « filles à fromages » ont fait part de leur intention d’organiser des soirées festives autour de dégustations de chevrotin, banon et boulettes d’Avesnes. Aux Etats-Unis, plusieurs « filles à fromages » ont même souhaité rejoindre le Cercle Officiel des Filles à Fromages en signe de protestation contre l’interdiction de la mimolette par les autorités US. Désormais, trois questions se posent pour les « filles à fromages » et la rédaction du magazine Grand Seigneur, visiblement submergée par l’ampleur du phénomène. A quand la prochaine soirée des « filles à fromages »? Quelle porte-parole médiatique élire à la tête du mouvement (on parle de Carole Bouquet et Doria Tillier..) ? Et puis surtout : qu’est ce qu’on mange !!? Affaire à suivre. Très, très vite… O.M

Plus d’infos sur le « Cercle Officiel des Filles à Fromages Et plus si affinités » sur www.grand-seigneur.com et www.cercleofficieldesfillesafromages.com

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>